La proactivité… une des qualités les plus recherchées au travail

Mai 2018

Une recherche a démontré que la proactivité est l’une des qualités les plus valorisées chez les recruteurs en 2018 particulièrement parmi les fonctions les mieux rémunérées.

Mais qu’entend-on par proactivité? La proactivité, c’est la capacité de prendre des initiatives, d’agir par soi-même, sans attendre d’avoir une instruction ou une demande. C’est aussi faire les choses avant qu’elles ne deviennent nécessaires. C’est finalement penser à l’avenir, planifier et préparer ce qui nous attend. C’est prendre des mesures aujourd’hui pour améliorer demain. Pour citer Victor Hugo : « L’initiative est de faire la chose juste sans qu’on ait à vous le demander. »

Nous pouvons apprendre à être proactif dans tout ce que nous faisons en tant que professionnel. Nous pouvons gérer nos tâches et notre temps de manière proactive afin de ne plus jamais avoir l’impression d’être un hamster en train de courir dans une roue et de rester au même endroit alors que nous courons constamment. Nous pouvons également gérer de manière proactive nos partenariats avec notre gestionnaire, nos collègues et nos clients, de sorte que nous ne nous retrouverons pas à réparer des relations. Nous pouvons gérer notre carrière de manière proactive afin de ne plus regarder en arrière et nous demander comment nous avons atterri où nous sommes. Nous pouvons gérer nos objectifs de manière proactive, c’est-à-dire, se fixer un but et travailler pour l’atteindre.

Les 5P de la productivité
Mais comment appliquer la proactivité au quotidien? L’auteure Chrissy Scivicque a défini la proactivité avec le modèle 5P que voici :

Prédire
Les personnes proactives sont rarement prises par surprise. Elles sont à l’écoute de leur environnement, prédisent les tendances et anticipent les événements.

Par environnement, nous entendons autant le macro-environnement comme l’économie, l’industrie et le secteur d’activités, que le micro-environnement comme l’entreprise, le gestionnaire et l’équipe.

Exemples de proactivité : Vous entendez dire qu’un nouveau logiciel sera instauré prochainement dans votre entreprise.

Prévenir
Les personnes proactives empêchent les problèmes d’arriver. Dès qu’elles voient qu’un problème peut surgir, elles le confrontent immédiatement avant qu’il ne devienne trop accablant. Elles ont toujours un plan « B » pour faire face aux situations qui pourraient occasionner des problèmes.

Exemple de proactivité : Face à l’arrivée prochaine du nouveau logiciel, vous allez voir les TI dans votre organisation et leur demandez comment cela affectera votre travail. Suite à cette rencontre, vous décidez de lire quelques tutoriels pour être prêt lorsque le nouveau logiciel fera son entrée. Vous allez voir également les membres de votre équipe et leur faites part du nouveau logiciel qui engendrera du retard dans l’exécution de votre travail. Les coéquipiers sont ainsi en mesure de se préparer en conséquence.

Planifier
Les personnes proactives ne pensent pas seulement au moment présent mais anticipent également les conséquences à long terme.

Exemple de proactivité : Votre gestionnaire, lors d’une réunion, vous interroge à savoir si vous désirez vous occuper d’un nouveau projet. Avant de dire oui, vous aimeriez vérifier que vous serez en mesure de mener à bien tous vos autres projets. Sinon, vous n’hésiterez pas à solliciter un délai plus long à votre gestionnaire de même que l’aide d’un collègue pour vous aider à réaliser certaines tâches dans ce nouveau projet.

Participer
Les personnes proactives ne sont pas victimes des circonstances. Au contraire, elles s’engagent face aux événements en faisant la différence entre ce qu’elles peuvent contrôler et ce qu’elles ne peuvent pas contrôler. Elles font partie de la solution et non du problème.

Exemple de proactivité : Dans l’exemple ci-dessus du logiciel, vous ne critiquez pas le changement. Vous trouvez plutôt immédiatement un moyen pour que l’adaptation soit plus facile. Vous faites partie de la solution.

Performer
Les personnes proactives prennent des initiatives et agissent consciemment et intentionnellement.

Elles réfléchissent d’abord à la bonne action à poser pour atteindre le résultat voulu. Une fois l’action choisie, elles la font si cela fait partie de leurs fonctions. Elles n’attendent pas qu’on leur dise quoi faire et ne demandent pas l’approbation. Elles ne sollicitent pas non plus quelqu’un d’autre pour l’accomplir; elles utilisent leurs ressources (les manuels de procédures, les sites web, Google, leur réseau, etc.). Au besoin, elles vérifient avec leur gestionnaire s’il préfère être avisé de l’initiative avant d’agir ou s’il préfère être informé de l’initiative après avoir agi.

L’auteur Stephen Covey a d’ailleurs défini la proactivité avec ces deux notions de « ressources » et d’« initiative », comme étant cette attitude responsable où un individu utilise ses propres ressources et son sens de l’initiative pour trouver des solutions.

Proactivité = Ressources + Initiative

Exemple de proactivité : Votre gestionnaire vous réclame des informations pour un nouveau projet. Face aux préoccupations que vous avez perçues chez votre gestionnaire concernant ce projet, vous faites plus que ce qu’il vous demande : vous anticipez ses besoins. Vous lui donnez les informations exigées, bien sûr, mais en plus, vous lui en fournissez d’autres tout en lui donnant votre analyse personnelle de même que les recommandations que vous en tirez.

En résumé
Être proactif, c’est adopter un modèle de comportements défini par les 5P : prédire, prévenir, planifier, participer et performer. Ce qui nous empêche d’utiliser la proactivité autant qu’on le voudrait, c’est la tyrannie de l’urgence. On ne peut réfléchir à l’avenir et être dans l’urgence à la fois. Voilà tout le défi de la proactivité! Il suffit de prendre le temps.

Sur ce, je vous souhaite une bonne continuité et au plaisir de vous retrouver en juin pour le prochain bulletin.

Les adjoints(es) administratifs(ves) font gagner 8 heures par semaine à leurs gestionnaires

Avril 2018

101Un(e) adjoint(e) vaut son pesant d’or, selon un récent sondage réalisé par la firme de dotation en personnel Office Team auprès de 600 cadres supérieurs d’entreprises au Canada et aux États‑Unis.

En effet, les cadres supérieurs ont déclaré que les efforts de leurs adjoints(es) administratifs(ves) leur ont permis de gagner en moyenne 101 minutes de productivité par jour, soit plus de 8 heures par semaine ou une journée complète de travail!

De plus, 100 % des gestionnaires ont répondu que leur adjoint(e) était important(e) pour leur réussite au travail. Parmi ces superviseurs, près des deux tiers (64 %) ont déclaré que les contributions de leur adjoint(e) étaient très importantes.

L’évolution du rôle
Trois gestionnaires sur quatre (75 %) affirment que les responsabilités des adjoints(es) ont augmenté au cours des cinq dernières années. En effet, le personnel de soutien administratif fait bien plus que de simplement s’acquitter de tâches administratives de base.

Surpasser les attentes du gestionnaire
Les gestionnaires ont mentionné qu’il arrive fréquemment que les adjoints(es) dépassent leurs attentes et s’acquittent d’activités ne faisant pas partie de leur description de tâches traditionnelle, comme :

  • Analyser des données et repérer des clients potentiels pour l’entreprise;
  • Former des collègues sur le fonctionnement d’outils technologiques;
  • Offrir du soutien pour l’affichage d’emplois, la sélection de curriculum vitae et l’organisation d’entrevues;
  • Encadrer les nouveaux employés;
  • Collaborer avec l’équipe des ressources humaines pour définir les programmes de rémunération des candidats et envoyer des lettres d’offre d’emploi;
  • Envoyer des cartes d’anniversaire et des fleurs à tous les membres de l’équipe;
  • Contribuer au programme de reconnaissance des employés, à une initiative pour les vétérans et au recrutement des candidats;
  • Rattraper un camion de messagerie pour récupérer un colis manquant.

Office Team présente cette recherche juste avant la Journée internationale des secrétaires (25 avril) pour rappeler aux gestionnaires l’importance de reconnaître le travail et les efforts de leurs adjoints(es). Plusieurs idées peuvent être pratiquées tout au long de l’année comme féliciter par écrit ou verbalement, apporter de petites douceurs au bureau (gâteaux, fruits…), faire connaître les réalisations, offrir des congés bien mérités, célébrer les moments importants, encourager le perfectionnement professionnel et bien d’autres.

Et si vous optez pour le perfectionnement, n’oubliez pas notre formation annuelle, le Hors Série (23 avril à Québec et 27 avril à Montréal), qui permet aux adjoints(es) de développer leurs compétences pour toujours exceller dans leur rôle.

Comment Warren Buffett gère-t-il son temps : la stratégie des 2 listes

Mars 2018

37623746 - close up of hand holding a pencil and writes the list of worksWarren Buffett, 88 ans, originaire d’Omaha, Nebraska, est le 3e homme le plus riche du monde avec une fortune évaluée à 84 milliards de dollars en 2018. C’est un grand homme d’affaires et il a bâti sa fortune en devenant l’un des meilleurs gérants de portefeuilles boursiers du XXe siècle.

Il est logique de penser qu’avec un tel succès, Warren Buffett doit bien avoir une excellente compréhension de l’utilisation de son temps chaque jour. C’est effectivement ce qu’a découvert son ex-pilote d’avion personnel, Michael Flint, en lui demandant des conseils sur sa propre carrière professionnelle. Il lui a posé la question : « Vous, avez-vous un truc pour déterminer vos vraies priorités et pour les mener à bien les unes après les autres? » Il a constaté que Warren Buffett a bel et bien un truc pour gérer son temps au mieux, un truc d’une grande efficacité.

Il n’y a rien de plus simple, selon l’oracle d’Omaha. Lui-même procède de cette façon depuis longtemps. Voici la stratégie de productivité en 3 étapes qu’il a suggérée à Flint :

  • Les 25 priorités. Après vous être isolé avec un crayon et un papier, il suffit de rédiger la liste de vos 25 priorités. Cela peut être les 25 priorités de votre carrière, les 25 priorités des 5 prochaines années, les 25 priorités de la prochaine année ou les 25 priorités de la prochaine semaine.
  • Les 5 vraies priorités. Il faut ensuite revoir votre liste et encercler vos 5 priorités les plus importantes.
  • La liste A. Il faut maintenant écrire deux nouvelles listes sur de nouvelles feuilles de papier. La liste A qui contient les 5 vraies priorités et la liste B qui comprend les 20 autres priorités.

Flint confirma alors à Buffett qu’il travaillerait sur ces 5 priorités dès qu’il entrerait chez lui. Buffett lui demanda alors : « Et qu’allez-vous faire des priorités que vous n’avez pas entourées? » Flint lui répondit : « Alors, si les 5 priorités entourées sont mes vraies priorités, les 20 suivantes les suivent de près. Elles restent importantes pour moi, alors je travaillerai dessus par intermittence, lorsque j’aurai le temps. Elles ne sont pas urgentes, mais je compte bien leur dédier les efforts qu’elles méritent ».

Ce à quoi Buffett a répondu : « Non, vous vous trompez complètement Michael. Tout ce que vous n’avez pas entouré est devenu votre liste « À éviter à tout prix ». Elle ne vaut plus rien. Quoi qu’il arrive, cette liste ne devrait même plus attirer votre attention jusqu’à ce que vous ayez complété vos 5 vraies priorités de votre liste A ».

« En revanche, une fois que vous aurez atteint vos 5 priorités initiales, vous pourrez refaire l’exercice. Ainsi, certaines choses que vous avez dû mettre de côté provisoirement deviendront peut-être alors vos nouvelles priorités. »

C’est pour cette raison que la stratégie de Buffett est particulièrement brillante. Elle vous oblige à considérer les priorités 6 à 25 sur votre liste comme des distractions et des activités de « second ordre » pour ne vous concentrer que sur vos 5 premières priorités.

La force de Warren Buffett est de hiérarchiser ce qui est absolument indispensable et d’éliminer le superflu. C’est de cette façon qu’il gère ses priorités, son temps et son argent depuis toujours. C’est ce qui lui a permis d’enregistrer succès après succès depuis des décennies. Comme il le dit si bien : « Gérer ainsi ses priorités permet de gérer son temps sans même y penser ».

Sur ce, je vous souhaite une bonne continuité et au plaisir de vous retrouver en avril pour le prochain bulletin.

Les méthodes de travail augmentent la productivité

Mai 2017

20405262 - vector colorful life cycleEn 2016, l’Université de Bologne en Italie a réalisé une étude, intitulée « Managing the Workload : an Experiment on Individual Decision Making and Performance », pour démontrer l’importance d’adopter des méthodes de travail pour les tâches à accomplir si nous désirons être performants.

L’étude consistait à faire passer un examen d’admission de 45 minutes à l’université à des étudiants. Ceux-ci savaient qu’ils pouvaient empocher une somme d’argent importante si leur note finale était bonne. Cet examen était composé de 17 questions et les étudiants étaient répartis en trois groupes. Le 1er groupe d’étudiants ne recevait aucune consigne quant à la façon de répondre aux questions. Le 2e groupe s’est vu demander de répondre aux questions à raison de 2 minutes et demie par question. Le 3e groupe devait répondre aux questions dans l’ordre qu’elles étaient présentées, soit les questions de logique d’abord, de compréhension verbale par la suite et de mathématique en dernier.

Quels ont été les résultats de l’étude?

  1. Les étudiants les plus performants ont été ceux qui possédaient déjà une méthode de travail pour répondre aux questions et qui ont été libres de l’appliquer. Leur donner une technique de travail à laquelle ils n’étaient pas habitués nuisait à leur performance.

  2. Les méthodes de travail proposées (2 minutes et demie par question ou répondre aux questions dans un ordre prédéfini) se sont avérées utiles pour les étudiants qui n’avaient pas de méthode de travail pour répondre aux questions. Leur donner une technique de travail a augmenté leur performance à l’examen.

Ainsi, lorsque nous déléguons une tâche, mieux vaut ne donner aucune méthode de travail aux collaborateurs qui sont déjà organisés et les laisser agir à leur guise si nous voulons maximiser leur performance. À l’inverse, pour les collaborateurs qui se demandent comment aborder la réalisation d’une tâche ou d’un projet, mieux vaut s’entendre sur une méthode de travail précise puisque cela les rendra plus productifs.

Dans notre formation « La gestion du temps et des priorités » et nos différents bulletins sur la productivité, vous trouverez une panoplie de méthodes de travail sur la gestion des priorités, des projets, du temps, de la paperasse, des interruptions, des courriels et autres. Essayez ces différentes méthodes pendant quelques jours, analysez les résultats obtenus et adoptez celles qui vous rendent plus efficace!

Sur ce, je vous souhaite un joyeux printemps et au plaisir de vous retrouver en juin pour le prochain bulletin.

La technique Pomodoro

Février 2017

Avez-vous de la difficulté à vous concentrer sur une tâche sans vous laisser distraire par vos propres interruptions ou celles des autres?

Si oui, la technique Pomodoro est pour vous! Cette technique consiste à travailler sur une tâche par intervalles de 25 minutes à la fois, sans interruption, suivie d’une pause de 5 minutes.

La technique Pomodoro est une technique de gestion du temps qui a été développée par Francesco Cirillo à la fin des années 1980 pour ses études universitaires. Depuis, l’efficacité de cette technique a fait ses preuves dans le monde du travail. Pomodoro veut dire « tomate » en italien. La raison de ce nom est qu’il est nécessaire d’utiliser un minuteur pour pratiquer cette technique et que celui utilisé par Francesco Cirillo avait l’air d’une tomate.

L’efficacité de la méthode vient du fait qu’elle vous permet d’appliquer les principes d’une bonne gestion du temps, c’est-à-dire, vous concentrer sur une seule tâche à la fois (au lieu de faire du multitâche), gérer les interruptions pendant que vous travaillez sur cette tâche et prendre des pauses régulièrement pour refaire le plein d’énergie et continuer à être productif.

Voici en quoi consistent les cinq étapes de cette méthode.

  1. Décidez de la tâche à effectuer. Prenez la tâche la plus importante sur votre liste de choses à faire pour la journée dans votre agenda. Si vous n’utilisez pas un système de gestion des priorités, prenez simplement une feuille de papier et un crayon, écrivez les tâches que vous désirez réaliser aujourd’hui et choisissez la plus importante.
  1. Réglez le minuteur à 25 minutes. Enclenchez maintenant un minuteur pendant 25 minutes. Plusieurs applications de la technique Pomodoro sont disponibles gratuitement sur Internet tant pour les téléphones intelligents que pour les ordinateurs de bureau. Personnellement, j’ai installé sur mon IPhone l’application Pomodoro One.
  1. Concentrez-vous sur la tâche pendant 25 minutes. Immergez-vous complètement dans la tâche pendant 25 minutes. Vous ne devez, en aucun cas, être dérangé. Si vous réalisez soudainement que vous avez autre chose à faire bientôt, notez-le simplement sur une feuille de papier. Déconnectez-vous d’Internet, fermez votre cellulaire, filtrez vos appels. Avertissez les gens susceptibles de vous interrompre que vous ne devez pas être dérangé au cours des 25 prochaines minutes.

    Vous arrêterez de travailler sur la tâche uniquement lorsque vous entendrez la sonnerie de votre minuteur. Mettez alors un X à côté de la tâche comme quoi elle est terminée. Chaque période de travail de 25 minutes s’appelle un « Pomodoro » ou une « Tomate ».

  1. Prenez une courte pause de 5 minutes. Après avoir travaillé sur votre tâche pendant 25 minutes, prenez une pause d’exactement 5 minutes. Éloignez-vous de votre bureau, ne pensez pas au travail et faites une activité ne nécessitant aucune concentration comme regarder par la fenêtre, faire une mini-promenade, nettoyer quelque chose, aller aux toilettes, vous étirer, faire des respirations, méditer. 

     
    L’idéal serait de ne pas être en contact avec un écran étant donné qu’il est très probable que vous ayez passé les 25 minutes précédentes devant votre ordinateur. Privilégiez l’activité physique, la méditation et la respiration pendant ces périodes de repos puisque cela améliore la concentration et la productivité.

    Pendant la pause, ne pensez pas au Pomodoro que vous venez de terminer ou au prochain Pomodoro sur lequel vous travaillerez après votre 5 minutes de pause. Votre cerveau a besoin de relaxer et de faire le point sur ce que vous venez de terminer.

    Au retour de votre pause, vous déciderez si vous continuez à travailler sur la tâche ou si vous en commencez une nouvelle. Une tâche peut comporter plusieurs Pomodoros; ainsi, vous pourriez continuer à travailler sur la tâche déjà entamée si d’autres activités plus urgentes ne se sont pas présentées. Sinon, vous prendrez la deuxième tâche la plus importante sur votre liste de choses à faire et vous commencerez cette nouvelle tâche. Que faire si cette deuxième activité dure moins de 25 minutes? Vous continuerez simplement votre Pomodoro avec une autre activité tant et aussi longtemps que vos 25 minutes ne se sont pas écoulées. C’est donc dire que si vous avez plusieurs petites tâches à accomplir, vous les regroupez à l’intérieur d’un seul Pomodoro.

  1. Après 4 cycles de 25 minutes, prenez une pause de 15-30 minutes. Lorsque vous aurez complété 4 Pomodoros de 25 minutes (au total 100 minutes de travail avec 15 minutes de pause), vous pourrez alors prendre une pause plus longue. Cette pause est idéale pour vous consacrer à des activités de routine, telles que lire vos courriels, nettoyer votre bureau, faire du classement ou autres. Vous pourriez simplement prendre une pause pour refaire le plein d’énergie avant d’entreprendre une nouvelle tâche.

Voilà pour les cinq étapes de la technique. Quant aux applications que vous trouverez sur Internet pour cette technique, vous remarquerez qu’elles sont toutes programmées avec 25 minutes de travail suivies d’une pause de 5 minutes et d’une plus longue pause variant de 15 à 30 minutes après 4 Pomodoros. Si cela vous convient davantage, vous pourriez programmer d’autres ratios tels que 60 minutes de concentration pour 15 minutes de pause (60/15), 90 minutes de concentration pour 15 minutes de pause (90/15), 40 minutes de concentration pour 5 minutes de pause (40/5), 15 minutes de concentration pour 2 minutes de pause (15/2) ou tout autre ratio. Essayez d’abord les ratios programmés (25/5) pendant une semaine. Vous constaterez vos préférences que vous pourrez programmer par la suite.

Le but de la technique Pomodoro est de permettre à votre cerveau d’être frais, concentré et productif. Essayez-la! Vous verrez qu’elle est facile à utiliser et que des résultats sont atteints dès la première ou deuxième journée d’utilisation. Pour plus d’informations sur le sujet, voici :

Sur ce, je vous souhaite une belle continuité et au plaisir de vous retrouver en mars pour le prochain bulletin.

 

Comment Barack Obama gère-t-il son temps?

Octobre 2016

Bulletin Octobre 2016

Michael Lewis, journaliste à la revue Vanity Fair, a passé six mois à la Maison-Blanche avec Barack Obama en 2012 pour connaître ses trucs d’efficacité. Il a publié un article par la suite pour nous présenter un portrait détaillé de la façon dont ce président moderne gère son travail. Ryan Lizza du New Yorker a fait de même avec les centaines de pages de notes de la Maison-Blanche qu’il a pu consulter. Une fois tissées ensemble, elles ont donné une image de ce à quoi pouvait ressembler le flux de travail présidentiel. Voici quelques conseils de productivité particulièrement utiles de ce président dont nous pouvons tous tirer parti.

1. Commencer sa journée la veille au soir
La journée de Barack Obama commence la veille au soir. Ainsi quand il se réveille à 7 h le matin, il a déjà commencé à travailler sur ses priorités la veille.

Donc, à 22 h, après que sa famille se soit retirée pour la nuit, il se penche sur ses tâches prioritaires pendant trois heures, jusqu’à 1 h. Ces heures lui fournissent ainsi ce qu’il ne trouve nullement au cours de la journée : du temps ininterrompu de travail. L’absence d’interruptions lui permet d’entrer profondément dans la tâche à accomplir et de réaliser le meilleur travail possible. Parmi ses tâches nocturnes, il règle les petits détails laissés en suspens au cours de la journée et regarde les documents que son personnel lui a demandé de passer en revue.

2. Faire de l’exercice
Barack Obama s’assure de faire suffisamment d’exercice. Chaque matin, de 7 h 30 à 8 h 30, il s’entraîne dans son centre de conditionnement physique personnel, situé au 3e étage de sa résidence, à faire du cardio un jour et de la musculation le lendemain. Sa logique : le reste de son temps sera plus productif s’il s’entraîne. « Vous devez faire de l’exercice physique, dit-il à Vanity Fair, sinon, à un certain point, vous vous écroulerez. » Aussi, de temps à autre, il joue une partie de basketball avec des amis qui ont tous une solide expérience de ce jeu.

3. Protéger son temps personnel
Barack Obama a trois moments dans son agenda qui sont incontestablement sacrés : sa séance d’entraînement du matin, son souper avec ses filles et le temps qu’il consacre à son travail quand sa famille s’endort à 22 h. Chaque bloc de temps sert un rôle différent pour Barack Obama : l’exercice physique garde son corps en bonne santé, le travail du soir l’aide à rattraper le retard sur ses priorités et le souper est le temps particulièrement sacré qu’il dédie à ses filles.

4. Limiter la fatigue reliée à la prise de décisions
Prendre des décisions, grandes et petites, ça fatigue! « Le simple fait de prendre une décision affaiblit notre capacité à prendre des décisions plus tard. Les psychologues appellent ce phénomène la fatigue décisionnelle », dit-il.

C’est pourquoi Barack Obama a décidé d’en réduire le nombre. «Je ne veux pas prendre de décisions sur ce que je vais manger ou ce que je vais porter comme vêtements, dit-il à Michael Lewis, parce que j’ai beaucoup d’autres décisions à prendre.»

Il ajoute : «Vous devez concentrer votre énergie reliée à la prise de décisions. Vous devez systématiser, établir des routines, des habitudes pour réduire le nombre de décisions à prendre. C’est ainsi que j’ai décidé de ne porter que des complets gris ou bleus.»

Cette pratique de systématisation ne s’applique pas uniquement à sa garde-robe, mais aussi aux notes qui se rendent à sa table de travail pour une prise de décisions. Il préfère qu’elles soient accompagnées dans le bas de trois cases à cocher : d’accord, en désaccord, pour discussion.

Quoique la décision puisse être complexe, créer les trois cases au bas de la note est efficace puisque cela accélère la rétroaction.

5. Être confiant
Inspirez-vous de cette citation de Barack Obama lorsque vous ferez face à une restructuration, à un lancement de produits ou à une décision dont vous n’êtes pas complètement certain : «Il n’y a rien qui arrive à mon bureau qui soit facile à résoudre. Sinon quelqu’un d’autre avant moi aurait déjà réglé le problème. C’est ainsi que vous vous retrouvez à jouer avec des probabilités puisque toute décision que vous prendrez aura alors une probabilité de 30 % à 40 % qu’elle ne fonctionne pas. Vous devez en être conscient et vous sentir confortable avec la façon dont vous prendrez vos décisions. Vous ne pouvez pas vous permettre d’être paralysé par le fait que cela pourrait ne pas fonctionner. En plus de cela, après que vous avez pris votre décision, vous devez feindre une certitude totale à ce sujet. Les gens que vous dirigez ne veulent pas penser en termes de probabilités.»

Barack Obama aura occupé pendant huit ans un des postes les plus complexes au monde. Nous pouvons tous nous en inspirer pour réaliser notre travail avec brio.

Sur ce, je vous souhaite une bonne continuité et au plaisir de vous retrouver en novembre pour le prochain bulletin!

De la gestion du temps… à votre réussite!

Septembre 2016

Bulletin Septembre 2016

Quelles sont les techniques de gestion du temps qui ont le plus d’impact sur votre productivité? C’est ce qu’a voulu vérifier l’auteur Kevin Kruse en 2015 dans son livre 15 Secrets Successful People Know about Time Management. Il a interviewé 7 billionnaires, 239 entrepreneurs à succès, 13 athlètes olympiques et 29 étudiants qui n’obtiennent que des A dans leurs travaux et leurs examens.

Bien sûr, il n’y a personne qui gère son temps de la même façon. Cependant l’auteur a identifié des thèmes communs, utilisés par l’ensemble de ces individus, et en a dégagé 15 techniques. Voici les habitudes que ces gens ont acquises.

1. Ils se concentrent sur les minutes. Ils sont conscients que le temps est leur ressource la plus précieuse et se concentrent sur les 1 440 minutes qu’ils ont à leur disposition chaque jour pour atteindre leurs objectifs.

2. Ils se fixent des priorités chaque jour. Chaque matin, ils consacrent deux heures à leurs priorités.

3. Ils utilisent un agenda. Ils ne font pas de listes de choses à faire. Ils programment plutôt toutes leurs activités à l’agenda.

4. Ils ne procrastinent pas. Ils connaissent leurs priorités de la semaine et s’assurent de ne pas les remettre à plus tard.

5. Ils prennent leur repas du soir à la maison. Ils ne s’épuisent pas au travail sachant qu’il y a et qu’il y aura toujours des choses à faire lorsqu’ils quitteront le bureau le soir. Ils planifient ainsi soigneusement leurs priorités personnelles et quittent le bureau sans culpabilité.

6. Ils utilisent un cahier de notes. Ils mettent tout par écrit pour libérer leur cerveau.

7. Ils traitent leurs courriels trois fois par jour au maximum. Ils s’assurent ainsi de consacrer le temps nécessaire à leurs priorités.

8. Ils évitent à tout prix les réunions. S’ils ont à tenir des réunions, ils le font debout et dans un court laps de temps.

9. Ils disent non à presque tout. Ils disent non à tout ce qui ne se rapproche pas de leurs objectifs.

10. Ils appliquent la loi du 20/80. 20 % des activités rapportent 80 % des résultats. Ils se concentrent ainsi sur ces activités et délaissent les autres.

11. Ils délèguent ou sous-traitent la plupart de leurs activités. Ils ont identifié leur unique talent, l’utilisent et délèguent tout le reste.

12. Ils ont des thèmes pour chaque journée de la semaine. Ils regroupent leurs activités. Par exemple, ils pourraient s’occuper du marketing le mardi et de l’administration le mercredi.

13. Ils ne touchent aux papiers et aux objets qu’une seule fois. Si une tâche demande moins de 10 minutes à accomplir, ils la font immédiatement.

14. Ils ont un rituel matinal. Ils se lèvent tôt et investissent les 60 premières minutes de leur journée à renouveler leur énergie physique, mentale et spirituelle.

15. Ils ne pensent pas au temps mais à leur énergie. Pour maximiser leur productivité, ils maximisent leur énergie. Ils se concentrent donc sur leur sommeil, une saine alimentation, l’exercice et de courtes pauses tout au long de la journée.

Plusieurs études ont été réalisées au travers des décennies pour démontrer l’efficacité des techniques de gestion du temps. La richesse de cette étude est de démontrer que ces techniques ont franchi l’épreuve du temps et qu’elles permettent toujours de nos jours de se démarquer pour atteindre le succès désiré.

Essayez-les! Vous constaterez qu’une seule de ces techniques pourrait vous propulser davantage vers l’atteinte de vos objectifs.

Sur ce, je vous souhaite un bon début d’automne et au plaisir de vous retrouver en octobre pour le prochain bulletin.